15/06/2015

A STELLAR ODDITY

Jonathan Anderson doesn't seem to be running out of time despite the short schedule between the presentation of his Resort 2016 and his menswear collection. He really is a busy man who creates 10 collections a year from Loewe to his eponymous brand but he doesn't seem to be lacking ideas. People who don't like his work are always saying that he can't help finding new ideas because his collections from his eponymous brand to Loewe are all alike recycling the same ideas on and on. That is such a nonsense! However, what is true is that the mood of the Resort and the men's collection is quite the same! He begins with ideas for the Resort that eventually end in the menswear. The Resort introduces a theme that is to be explored in another way in his men's collection. The two collections are created at the same time. There is no strict separation between menswear and womenswear since J.W.A doesn't see the limits between these two wardrobes and even consider these limits as completely outdated. As he said in an interview to Fantastic Man: "[...] menswear has to be pushed, [...]you have to proceed with convictions! The menswear is going to be a fantasy of something that is not me. I will never wear a crop top but I love the idea of that character who does! Fashion is storytelling!"

Jonathan Anderson est un homme très occupé. Et ce n'est pas la courte période entre la présentation de sa collection Croisière 2016 et son défilé Hommes à Londres qui prouvera le contraire. En effet, entre Loewe et sa marque éponyme, il crée 10 collections par an sans pour autant être à court d'idées. Les gens qui n'aiment pas ses créations répètent qu'il ne peut pas s'empêcher de trouver de nouvelles idées pour masquer le fait qu'entre Loewe et sa propre marque, il refait encore encore et toujours les mêmes collections. C'est tellement faux! Ce qui est vrai cependant c'est qu'entre cette collection croisière et celle destinée aux hommes, il y a de nombreuses ressemblances. C'est toujours plus ou moins comme ça que travaille Jonathan Anderson, il commence avec des idées pour sa collection Croisière qui au final se retrouveront explorées d'une autre manière dans la collection Hommes. Pour le designer, il n'y a aucune distinction entre la garde-robe d'un homme & celle d'une femme et s'il subsiste des limites, celles-ci sont complètement dépassées, démodées. Comme il a déclaré au magazine de mode Fantastic Man:" [...] la mode masculine a besoin d'être bousculée [...] il faut être sûr de soi et de ses convictions! Ma ligne hommes c'est le fantasme de quelque chose que je ne suis pas. Je ne porterais jamais de crop top mais j'aime l'idée de quelqu'un qui en porte! La mode c'est avant tout une histoire qu'on raconte!"



The Spring Summer 16 collection is a wardrobe of retro, contemporary and futuristic clothes. There are references to the traditional Japanese uniform with such pieces as judo trousers or kimono jackets. There are also both 70's vibes and a Bowie's Space Oddity retro future mood with the metallic and patent leather jacket and the tailored bombers & a-line coats. Jonathan Anderson wants to free men from a wardrobe full of stereotypes with "orbital" and "stellar" uniforms (words written on lightweight denims). He wants to give men a wardrobe filled with essential and unique pieces that could be sacred. Think of the boxy sleeveless denim top, the white crop top, the pleated judo trousers or of the sheer nude top embellished with white feathers. The printed jumpers are to die for as well as the boxy sleeveless top echoing the ones from the John Allen's collab. The arty part of the collection comes with such pieces as the shiny red shoes, the printed knitwear or with the intriguing metallic structure acting like a neo lucky charm it-bag with just essential things you need to have that are attached to it. The designer celebrates a wardrobe of inspired oddities, sending the message out there that men could have more options. Masculinity is limitless! It's way more than the idea of wearing a waistcoat or a three-piece suit!

Sa collection pour le Printemps Été 2016 est une garde-robe faite à la fois de vêtements rétro, contemporains et futuristes. On y trouve aussi des références aux habits traditionnels japonais avec des pièces comme des pantalons de judo ou des kimonos et aux années 70 côté rétro futuriste & le Space Oddity de David Bowie avec les vestes en cuir métallisé ou verni, les bombers et les manteaux droits. Jonathan Anderson veut libérer l'homme d'une garde-robe faite de stéréotypes avec des uniformes "orbital" (orbitaux) & "stellar" (stellaires), des mots imprimés sur les pièces en denim. Le but du designer est de donner aux hommes une garde-robe remplie de pièces uniques, essentielles et d'une certaine manière, sacrées. Il n'y a qu'à regarder ces pièces plus en détail pour s'en convaincre: les tops sans manches en denim, les crop tops blancs, les pantalons de judo plissés ou bien encore, les tops transparents embellis par de grandes plumes blanches. Les pulls imprimés sont à tomber tout comme les tops sans manches qui rappellent la collab qu'Anderson avait faite avec l'artiste John Allen. Le côté "arty" de cette collection transparaît dans des pièces plus audacieuses comme les chaussures rouges vernies, la maille imprimée ou bien encore avec ces étranges structures métalliques qui ressemblent à des neo it-bags où l'on pourrait accrocher des choses essentielles. Avec cette collection, Jonathan Anderson célèbre une garde-robe faite de curiosités inspirées et surtout, nous montre que oui, nous les hommes, nous avons le choix. Etre un homme c'est ne pas avoir de limites et pouvoir porter autre chose qu'un sempiternel costume trois pièces!










Pics via I-D Online by Jason Lloyd Evans




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire