13/08/2015

EFFORTLESSLY COOL, EFFORTLESSLY CHIC


There was during my high school years, a boy with an incredible beauty. Other boys respected him too much to dare to tackle him and girls dropped like flies when he passed by them. This boy with amazing blond hair used to wear a slightly satiny black & red bomber jacket with a large embroidery on the back. If I don't remember what was this embroidery about, I would never forget his lethal face and his jacket. I would have loved to own such a jacket. But, I could have never had the style he had, I couldn't rival. Everything was natural for him, nothing was forced. He was just really handsome and everything he wore looked good on him. Perhaps, in actual fact, this jacket was completely ugly and I was the only one (along with a hundred girls...) to have a distorted & fantasized vision. I think all my life I will admire these boys with a beauty from another planet because they can be themselves without having to look for tricks, without even thinking about it. We, mere mortals, have to spend hours to do everything we can to try to reach a semblance of "perfection".

Il y avait dans mon lycée, quand j'étais ado, un garçon d'une beauté insolente. Les autres garçons le respectaient bien trop pour se frotter à lui et les filles tombaient comme des mouches lorsqu'il les frôlait. Ce garçon aux cheveux si blonds portait la majeure partie du temps un bomber rouge et noir légèrement satiné avec une large inscription dans le dos. Si je ne me souviens plus ce qu'il pouvait bien être écrit, je n'oublierai jamais son visage fatal et cette veste. J'aurais aimé en posséder une comme celle-ci. Mais jamais je n'aurais pu rivaliser avec lui et la façon qu'il avait de la porter. Rien n'était calculé. Il était juste beau et tout ce qu'il portait était beau sur lui. Si ça se trouve cette veste était moche et moi seul (avec une centaine de filles...) avais une vision totalement fantasmée. Je crois que toute ma vie j'admirerai cette façon qu'ont les garçons à la beauté irréelle d'être eux-mêmes sans se forcer, sans artifices, sans même y penser. Nous pauvres mortels devons passer des heures à tout faire pour que tout soit un tant soit peu parfait. 

My second memory linked to a bomber jacket dates back to the day I saw the movie DRIVE. Ryan Gosling and his golden jacket embroidered with a large scorpion will forever remain in the "Bad Boys With Attitude" category. Just like the boy from my high school, I'm under this impression that Ryan Gosling does nothing to be who he is. It's innate and deeply unfair. He wears such a bomber jacket and voilà! The legend is under construction. The satin and the scorpions that could seem completely uncool on a men's jacket (though the scorpions still remains far from the eagle, the wolf or worst of all, the husky head!) all of a sudden turn out to be absolute musts! So if you want to be respected, admired and feared, that's what you need to wear.

Mon deuxième souvenir lié à un bomber remonte au jour où j'ai vu le film DRIVE pour la première fois. Ryan Gosling et sa veste dorée brodée d'un scorpion resteront éternellement dans les annales dans la catégorie des "Bad Boys With Attitude". Tout comme le garçon de mon lycée, on a l'impression que Ryan Gosling n'a rien à faire pour être ce qu'il est. C'est inné et aussi profondément injuste. Il porte une telle veste et voilà la légende est en construction. Le satin et les scorpions qui, sur une veste d'hommes, pourraient faire ringard (le scorpion n'arrivant quand même pas encore à la hauteur de l'aigle, du loup ou de la tête de husky...) deviennent tout à coup des musts absolus. Si vous voulez qu'on vous respecte, qu'on vous admire, qu'on vous craigne, c'est ce que vous devrez porter.


I have a good news guys! Thanks to Kim Jones, the Louis Vuitton menswear designer since 2011, we will soon all be able to become "Bad Boys With Attitude" (of course, if you have the appropriate bank account!) His Spring Summer 2016 collection is full of highly desirable satiny bomber jackets. Here, no scorpions in sight but exquisite embroideries inspired by numerous trips to Asia (China, Japan, Indonesia...) because, you have to bear in mind that the Louis Vuitton man is an adventurer with a weather-beaten face and a solid build. Travelling all over the world, he picks up here and there what will make his style unique, edgy and fashionable. Moreover, he is so self-confident that nothing frightens him and definitely not accepting his feminine side, THE subject of the latest menswear collections. He wears satin, little scarves knotted around his neck, China/Japan-inspired total looks, neo-pyjamas (you wouldn't wear in bed only) and yet, he remains a man, a genuine male!

Heureusement, grâce à Kim Jones, le designer des collections hommes Louis Vuitton depuis 2011 ça sera bientôt chose possible et vous aussi, vous pourrez bientôt être des "Bad Boys With Attitude" (et avec un certain compte en banque quand même hein!)! Sa collection Printemps Été 2016 est remplie de bombers tous plus désirables et plus satinés les uns que les autres. Et là, même si point de scorpions en vue, on a quand même le droit à d'exquises broderies inspirées de multiples voyages en Asie (Chine, Japon, Indonésie...) car il ne faut pas l'oublier que l'homme Louis Vuitton est avant tout un baroudeur au visage buriné et à la carrure solide. Voyageant aux 4 coins du monde, il pioche ça et là ce qui va faire que son style sera unique, pointu et terriblement dans l'air du temps. De plus, il est tellement sûr de lui que rien ne lui fait peur et surtout pas d'assumer son côté féminin, LE thème des dernières collections hommes. Il porte du satin, des petits foulards noués autour du cou, des total looks imprimés de chinoiseries/japonaiseries, des neo pyjamas (qui donnent tout sauf envie de rester au lit) et pourtant, il reste un homme. Un mâle, un vrai!


The Louis Vuitton man is just like my high school hottie or Ryan Gosling actually, he is handsome, stylish and effortlessly cool & classy. He knows that the countries he will visit are hot and wet so nothing like wearing light fabrics & loose cuts to let his body breathe. Thus, he loves tops with raglan sleeves (short-sleeved jackets, denim shirts, tee-shirts...) giving his look a 50s/60s vibe. Actually, when I look at the silhouettes I can't help thinking about mafia movies. Don't ask me why... Yet, they have nothing in common with oriental trips. If I made a movie about the Mafia in the 50s/60s, I would love my actors to wear such clothes. They are extremely chic, almost excessively elegant but nothing makes them look too mannered. This is the paradox of this SS16 collection. There is satin everywhere yet, this is never too much. I think the "satin overdose" is avoided because this collection is completely uninhibited. Beyond this Robert de Niro movies thing, Kim Jones is also adding an old-fashioned (yet completely fashionable) vibe, something like "Postcard from Hawaii". Indeed, even if the inspiration is undoubtedly eyeing toward Asia (the bird of paradise embroideries, the bamboos & monkeys, the blooming Japanese cherries, the black panthers...), the base of Jones's research is the 1950s American sportswear when the first bomber jackets made their appearance. Just look at the work on denim that is slightly satiny on the jackets & trousers for a perfect total look sometimes embellished with a neo blue camo printed jacket or trench coat. Jogger pants & boxer shorts also underwent this treatment to soften them and give them a luxury touch. After all, this is Louis Vuitton, not American Apparel! 

L'homme Louis Vuitton est exactement à l'image du blond de mon lycée ou de Ryan Gosling, il est beau, il a du style et une classe folle et ça, sans effort. Il sait que dans les pays qu'il va visiter, il va faire chaud et humide alors rien de tel que des matières fluides et des coupes amples pour laisser respirer son corps. Ainsi, il privilégie les hauts (vestes à manches courtes, chemises en denim, tee-shirts) avec manches raglan qui lui donne un côté années 50/60. En fait, je ne sais pas pourquoi mais quand je regarde les silhouettes, j'ai à l'esprit les films de mafiosi. Ne me demandez pas pourquoi... Pourtant, rien à voir avec les voyages en Orient. Si je réalisais un film sur la mafia dans ces années-là, c'est comme ça que j'aimerais que mes acteurs soient habillés. Ils ont un côté extrêmement chic, tiré à 4 épingles, presque dans l'excès mais rien absolument rien ne fait qu'ils sont trop apprêtés. C'est tout le paradoxe de cette collection. Il y a du satin jusqu'à l'excès mais à aucun moment, on se dit que c'est too much. C'est sans doute parce que c'est complètement décomplexé que l'on échappe à l'overdose. Au delà même du côté film de Robert de Niro, je trouve que Kim Jones rajoute un petit côté complètement suranné du genre "Vacances à Hawaï" car oui, même si son inspiration lorgne indéniablement du côté de l'Asie (les broderies d'oiseaux du paradis, les bambous + les singes, les branches de cerisiers en fleurs, les panthères noires...) la base de sa recherche c'est le vestiaire sportswear américain des années 50, période où les bombers ont vu le jour. Regardez le travail du denim légèrement satiné sur les vestes et les pantalons pour un total look imparable parfois agrémentés d'une veste ou d'un trench coat en neo camouflage bleu. Les pantalons jogger et les shorts de boxer ont aussi subi ce traitement pour les adoucir et surtout pour leur donner une caution beaucoup plus luxe, beaucoup plus inabordable. Après tout, nous sommes chez Louis Vuitton pas chez American Apparel!










As far as I'm concerned, the satiny pyjama total looks are my favourite, they seem to be so easy, so simple, so light! And they are so edgy when it comes to styling. Here, just like with Gucci (oops I promised I wouldn't mention this brand today! #obsessed), the goal is to be excessive in the colours (dusty pink, beige, silver, gold, red, blue...), patterns (flowers, birds, animals...) or in the large Louis Vuitton embroidered/printed on some of the jackets & scarves that could quickly turn into bad taste. However, here, there is no bad taste at all. All I want is to own one of these bomber jackets and swagger is some faraway destinations. And after all, if you are feeling uncomfortable with the concept of "total look" you can also mix the top or the bottom of these looks with something more toned, it could only highlight the masterpiece. Actually, this is a collection of endless possibilities. This is the effortless chic climax, the ultimate level of self-confidence. When a man is reaching this stage of elegance, no doubt he has made it in life!

Les total looks satinés/pyjamas sont sans aucun doute mes préférés car ils sont ceux qui semblent être les plus agréables à porter et surtout ceux qui sont les plus pointus en terme de styling. J'ai bien dit "agréables" et non pas "faciles à porter". Car comme avec Gucci (je m'étais pourtant juré de ne pas mentionner cette marque aujourd'hui!), ici, le but est d'en faire trop que ce soit au niveau des couleurs choisies (beige rosé, rose, argent, or, bleu, rouge...), des motifs (fleurs, oiseaux, animaux...) ou des larges inscriptions Louis Vuitton qui pourraient vite donner un côté tape à l’œil du plus mauvais effet. Pourtant, ici, rien de tout ça. On a juste envie d'en posséder un également et de rouler des mécaniques dans quelques destinations exotiques. Et puis après tout, rien ne nous empêche de mixer le haut ou le bas de ce look avec quelque chose de plus nuancé ce qui mettrait d'autant plus la pièce maîtresse en valeur. En fait, c'est vraiment une collection faite de possibilités infinies. Ici, nous sommes vraiment à l'apogée de l'effortless chic (le chic sans effort), le degré ultime de classe chez un homme. Lorsqu'un homme arrive à ce stade, il a sans aucun doute réussi sa vie!


The backstage pictures were taken by Chloé le Drezen for Dazed


Words by Charles Margueritte




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire