26/09/2015

CAR WASH

Fashion should not be taken seriously and Jeremy Scott is reminding this to us collection after collection for both his eponymous brand and for Moschino. Scott & Moschino are the perfect couple, sharing a mutual love affair for recycling Pop Culture and making statements with the art of diversion. The fun, the extravagance, the spectacular, the bad taste, the irreverence, the provocation and the intention to disrupt fashion by copying others are the ethos of the Italian brand founded by Franco Moschino who used to say that "a great copy is better than a bad original". Scott is following Moschino's paths using slogans like weapons that are deranging and entertaining the industry. I've never been a huge fan of Scott's new era at Moschino and I've kept on questioning his concept and his creations, wondering if there's anything new. But, Scott is not responsible for my sealed attitude toward his creations. Maybe it's only because Franco Moschino has already gone too far. His legacy to fashion is beyond the idea of building a successful business. The old school ads are proving he was also selling ideas to fashion. Both the social awareness and the humanitarian passionate vibes of the campaigns have, according to me, no precedent in this industry. His bold messages taking the form of protest art have changed the way of making fashion. Accepting the creative direction of Moschino was not a easy decision for Scott. He is trying to re-invent a brand known for recycling. Do you think it's easy? I don't! But Jeremy Scott is a resourceful designer. He knows how to capture our modern era with Pop Culture weapons. His Spring Summer 2016 collection is putting Moschino in a under-construction context with models coming from a giant Car Wash. Scott is delivering a wardrobe of excess because too much is never enough, because fashion is all about a never ending celebration of beauty, because we need more excitement in our trivial/boring life (I'm talking about my life these days), because sticks and stones may break our bones (but words will never kill us), because these clothes are making people in a good mood, because I can feel the good vibes on the catwalk with the models (for instance, Anna Cleveland) entertaining and interacting with the guests. Sometimes, I don't need more than a dynamic show to carry me away. I will not buy the clothes but I've spent a delightful moment. Thank you  Mr Scott!

La mode ne devrait pas être prise trop au sérieux et Jeremy Scott nous le rappelle collection après collection, que ce soit pour ça marque éponyme ou pour Moschino. Scott & Moschino forment le couple idéal, partageant le même amour pour le recyclage de la Pop culture. Le fun, l'extravagance, le spectaculaire, le mauvais goût, l'irrévérence, la provocation et l'intention de perturber le monde de la mode en copiant les autres composent la philosophie de cette marque italienne fondée par Franco Moschino qui avait l'habitude de dire qu'"une bonne copie vaut toujours mieux qu'un mauvais original". Scott poursuit donc dans cette voie en utilisant des slogans comme des armes qui dérangent et divertissent l'industrie. Je n'ai jamais été très fan de la nouvelle ère Scott chez Moschino et souvent je me suis demandé si son concept et ses créations apportent réellement quelque chose de nouveau. Cependant, je dois reconnaître que Scott n'est pas le seul coupable si je pense ça de la marque, c'est peut-être aussi parce que Franco Moschino est déjà allé trop loin. Ce qu'il a laissé à la mode va plus loin que l'idée de construire un business qui a du succès. Ses vieilles campagnes de pub prouvent qu'il voulait aussi vendre des idées à la mode. Les consciences qu'ils tentaient d'éveiller et cette fibre humanitaire de ses campagnes ne connaissent, selon moi, aucun précédent dans cette industrie. Ses messages forts qui prenaient la forme d'art protestataire ont changé la façon de faire de la mode. Accepter le poste de directeur artistique chez Moschino n'a pas été une décision facile à prendre pour Scott. Il doit essayer de réinventer une marque qui est connue pour recycler. Vous croyez que c'est facile? Moi pas! Mais Jeremy Scott est un designer plein de ressources, il sait comment capter l'air du temps grâce à ses armes Pop. Sa collection Printemps Eté 2016 place Moschino dans un décor en construction avec des mannequins venant d'une station de lavage de voitures géante. Scott livre ici une garde-robe excessive parce qu'après tout trop n'est jamais assez, parce que la mode ce n'est qu'une célébration de la beauté qui n'en finit pas, parce qu'on a besoin de plus d'excitation dans nos vies ennuyeuses/triviales (je parle de ma vie ces derniers temps), parce que ces vêtements donnent le sourire aux gens, parce que je ressens les bonnes vibrations venant du podium où les mannequins (Anna Cleveland en tête) divertissent et interagissent avec les invités. Parfois, je n'ai pas besoin de plus qu'un show plein d'énergie pour m'emporter ailleurs. Je n'achèterai pas les vêtements mais j'ai passé un très bon moment. Merci Mr Scott!














Ad Campaigns pics via Pinterest and Backstage pics via Dazed Digital by Virginia Arcaro


Words by Yann Sackville-West




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire