31/07/2015

UNDER HER SPELL


Every six months, when the LOVE Magazine is out, the only question needed to be asked is "Which cover are we going to choose?". Indeed, this Fashion Bible's speciality is to offer several ones among which you'll often find Kate Moss, Cara Delevingne or Kendall Jenner. This time, there was a Kate Moss cover and even if, I hesitated for a while (Ok, there are harder choices... we're not in Sophie's Choice...), I returned to senses and picked the Florence Welch's cover by David Sims. A black and white cover. Unpretentious. A close up on the face of a woman who has a million things to tell us, only through her eyes. How could I have chosen another one?

Quand le LOVE Magazine sort tous les 6 mois, la seule vraie question qui se pose est "Quelle couverture vais-je choisir?". En effet, la spécialité de cette Bible Mode est d'en proposer plusieurs parmi lesquelles on retrouve souvent Kate Moss, Cara Delevingne ou Kendall Jenner. Cette fois-ci, c'était Kate Moss. Et même si j'ai un moment hésité à choisir cette couverture (je l'avoue il y a des choix plus difficiles à faire... on n'est pas dans le Choix de Sophie là...), je me suis ravisé et j'ai serré contre mon petit cœur de groupie celle de Florence Welch par David Sims. Une couverture en noir et blanc. Sans artifices. Un gros plan sur le visage d'une femme qui a des millions de choses à nous dire et ce, rien qu'avec ses yeux. Comment aurais-je pu en choisir une autre?



The very first article we wrote on this blog was dedicated to Florence + the Machine, to the inspiration she was giving us and to "the slap" she had given us when we had seen her live at the Casino de Paris. Yes, that day, she did give us a big huge slap. I have seen a lot of artists live (far less than Yann who even saw the Daft Punk & the Strokes!) but few made me feel that way. Her voice ran through me, her songs fascinated me, her presence carried me away. The first time I listened to one of her songs, back in 2008, it gave me a huge slap too. I had never heard such a thing before! It was magnificent, crazy, romantic, passionate and nervous all at the same time. And I don't even talk about her voice. I was under her spell, in love, mesmerized, bewitched. Florence Welch is the most beautiful witch.

Le tout premier article que l'on a écrit sur ce blog était consacré à Florence + the Machine, à ce qu'elle nous inspirait et à la claque qu'elle nous avait mis quelques jours auparavant au Casino de Paris devant une foule déchaînée. Car c'est bien d'une bonne grosse claque dont il s'agit. J'ai vu pas mal d'artistes en concert (bien moins que Yann qui lui a même vu les Daft Punk et les Strokes!) mais peu ont eu l'effet que Florence a eu sur moi. Sa voix m'a transpercé, ses chansons m'ont fasciné, sa présence m'a emporté. La première fois que je l'ai entendu en 2008 je me suis également pris une grosse claque. Je n'avais jamais entendu ça auparavant. C'était à la fois magnifique, fou, romantique, excité, passionné. Les instruments étaient beaux. Sa voix je n'en parle même pas. J'étais sous le charme, amoureux, envoûté, ensorcelé. Florence Welch est la plus magnifique des sorcières et elle me pourrait me donner toutes les claques qu'elle désire ça m'irait parfaitement. 

Pictures by David Sims from the LOVE Magazine Issue 14

What fascinates me when it comes to her is her ability to renew herself while genuinely remaining who She deeply is. Her style cannot be imitated and I could identify her voice among a million. Each time, she is proposing something slightly different. A few artists make me feel what she does. A bittersweet mix of joy + a burning desire to dance + a need to be alone & close my eyes. It's weird how her music acts on my soul. When her third LP was announced, I was, as you could imagine, excited and eager to listen to it and savor it just like you could savor the best wine ever, taking your time to enjoy every note, every nuance, every flavor. The new singles came one after another. I loved them but not the way I used to love the previous ones. I was afraid to be disappointed and I did not want to be. She could not be another Lana Del Rey. Then the D-Day came, I bought her album and I listened to it. The more I listened to it, the more I loved it. I did not need to make myself love it, this love came naturally almost unconsciously. How Big How Blue How Beautiful is a magnificent album deserving to be listened to slowly, patiently. The more you will listen to it, the more you will find the grace that is so specific to Florence Welch: a grace telling you the saddest, the most harrowing stories but taking you far far away, in a place where the only thing you want to do is dance and enjoy. Here, it is the album of an artist who bares all by telling you the story of her painful love affairs and yet, there is light everywhere! I could not tell which song is my favorite because I love them all, each for a special reason. I have only two advice to give you: if you haven't listened to her new LP yet, just do it again and again. And if you are lucky enough to see her live (she is currently on a worldwide tour), buy some tickets, go with your eyes closed (but with your ears wide open!), you won't be disappointed, I promise you.

PS: You should definitely read the article about her in the LOVE Magazine Issue 14, it is moving just like her.

Ce qui me fascine particulièrement chez elle c'est qu'elle arrive à se renouveler tout en restant Elle à part entière. Son style est inimitable. Je pourrais reconnaître sa voix entre des millions. Mais à chaque fois, elle propose quelque chose d'un peu diffèrent. Peu d'artistes me procurent la sensation qu'elle me procure. Un mélange doux amer de joie + une envie irrépressible de danser + un besoin d'être seul et de fermer les yeux. Lorsque son troisième album a été annoncé, j'étais, comme vous pouvez l'imaginer, pressé de l'écouter, de le savourer comme on savourerait une bonne bouteille de vin, en prenant le temps de goûter toutes les notes, toutes les nuances, tous les parfums. Les singles s'enchaînaient. J'aimais mais pas comme avant. J'avais peur d'être déçu et je refusais de l'être. Elle ne pouvait pas être une autre Lana Del Rey. Puis son disque est sorti, je l'ai acheté et plus je l'écoutais, plus je l'aimais. Je n'avais plus à me forcer, ça se faisait naturellement presque inconsciemment. How Big How Blue How Beautiful est un album magnifique qui mérite qu'on prenne le temps de l'aimer. Les premières écoutes vous sembleront peut-être décousues, inhabituelles mais plus vous l'écouterez, plus vous découvrirez une grâce que seule Florence Welch possède: la grâce de ceux qui même avec les histoires les plus tristes, les plus poignantes, les plus déchirantes vous entraînent loin, ailleurs et vous font tout oublier. Ici c'est l'album d'une artiste à nue, qui nous raconte tout de ses amours douloureuses et pourtant il y a de la lumière partout. Je ne pourrais même pas vous citer une chanson que j'aime plus que les autres car je les aime toutes. Je n'ai qu'un seul conseil ou peut-être deux. Si vous n'avez pas écouté cet album ou que vous ne connaissez pas bien la discographie de Florence + the Machine, allez y les yeux fermés et écoutez encore et encore. Et si vous avez la possibilité de la voir en live (elle commence une tournée qui va l'emmener aux quatre coins de la planète) allez y, vous ne serez pas déçus je vous en fais la promesse.

PS: Lisez également son article dans le LOVE Magazine Issue 14, il est à son image, touchant.

Take some time to enjoy her latest videos, beautiful short movies

HOW BIG HOW BLUE HOW BEAUTIFUL



WHAT KIND OF MAN (THE ODYSSEY - CHAPTER 1)



ST JUDE (THE ODYSSEY - CHAPTER 2)



SHIP TO WRECK (THE ODYSSEY - CHAPTER 3)



QUEEN OF PEACE & LONG AND LOST (THE ODYSSEY - CHAPTERS 4 & 5)


Words by Charles Margueritte





27/07/2015

BEACH BOY






BACK by ANN SOFIE BACK Bomber Jacket
BACK by ANN SOFIE BACK T-shirt
NICOMEDE TALAVERA Wide Shorts
SPITFIRE Sunglasses

26/07/2015

W.A.R.M. TOP 10

1/ The Talk Of The Town: "Older Models" for Proenza Schouler AW15 by David Sims


Liisa Winkler, Karolin Wolter, Anne Catherine Lacroix & Liya Kebede

2/ The Movie Trailer: Spectre by Sam Mendes




3/ The One To Watch: The World Is Your Oyster


Pic from the AW15 lookbook via Fucking Young!

4/ The Song: Major Lazer - Lost feat.  (Frank Ocean cover)





5/ The Model: Gwendoline Christie by Juergen Teller for Vivienne Westwood AW15





6/ The Fashion Film: Ouch! That's Big with Anna Ewers for Vogue UK




7/ The Editorial: Form on Form by Paul Peter for Fucking Young! Online




8/ The Music Video: Janet Jackson - No Sleep



9/ The Ad Campaign: DIOR AW15 by Willy Vanderperre



Julia Nobis, Mica Arganaraz & Natalie Westling

10/ The Interview: 73 questions with Nicole Kidman for Vogue US





Made by Charles Margueritte






24/07/2015

I DON'T BITE







PRAIRIE by MATTHEW AMES Jacket
BACK by ANN SOFIE BACK Tee-Shirt
SPARKS DIY Shorts
SPITFIRE Sunglasses
RAF SIMONS X ADIDAS Sneakers







THE NEW NORMAL

I'm not myself anymore. Yet this is me. Dear Readers, you are now reading the third article that I am dedicating to Gucci! Since Alessandro Michele's arrival, I have found that I have a passion (sometimes it could be seen as an obsession) for the Florentine brand. The collections, the ad campaigns, the silhouettes, the accessories, I love everything and I am literally flabbergasted by so much beauty. Beauty is often at the core of our articles because, as far as we are concerned, one designer's definition of beauty is the key to understand his/her creation. For instance, according to Rei Kawakubo, beauty comes from Chaos. For J.W.Anderson, beauty is a matter of radicalism and uncompromising ideas. For Alessandro Michele, just like for Hedi Slimane in a certain way but more subtly perhaps, beauty has to be found in the past to create something resolutely modern. In addition to that, his definition of beauty is a matter of gender or it lies in the absence of genders (a hot topic in fashion and beyond these days). After his Spring Summer 2016 collection, the designer said that if the clothes are beautiful, the question of who is wearing them is secondary and he added:" My idea of masculinity is beauty". These words are fundamental to understand Michele's work. And since it is beautiful (even magnificent!) why should I deny myself the pleasure of admiring the clothes and why should I look away just because it doesn't fit in my aesthetics? Because I have to admit it, between Gucci and I, there is a wide, wide gap. I am realistic and perfectly know that if I wore Gucci, it wouldn't do me justice. Maybe a piece here and there but I don't think I am not the core target imagined by the designer. That's a shame because I'd love to be a Gucci Boy once. Unfortunately, I am not androgynous, hairless or skeletal enough.

Je ne me reconnais plus. Et pourtant c'est bel et bien moi. Cher lecteurs, chères lectrices, vous êtes à l'instant en train de lire mon 3ème article consacré à Gucci. Et oui, depuis l'arrivée d'Alessandro Michele, je me suis découvert une passion (parfois ça vire même à l'obsession) pour la marque florentine. Les collections, les campagnes, les silhouettes, les accessoires j'aime tout et je suis subjugué par tant de beauté. La beauté est bien souvent au centre de nos articles car pour nous, la définition de beauté d'un designer c'est la clé pour comprendre sa création. Pour Rei Kawakubo, par exemple, la beauté vient du chaos. Pour J.W.Anderson, la beauté de sa mode vient de sa radicalité, de son caractère sans compromis. Pour Alessandro Michele comme pour Hedi Slimane d'une certaine manière, mais beaucoup plus subtilement, la beauté vient du passé et de comment on le retravaille pour en faire quelque chose de résolument moderne. En plus de ça, sa définition de beauté est aussi affaire de genre ou plutôt d'absence de genres (un sujet brûlant dans la mode et au delà ces derniers temps!). Après son défilé Printemps Été 2016, le designer a déclaré que si les vêtements sont beaux, peu importe qui les porte en ajoutant:"Mon idée de la masculinité c'est la beauté". Cette phrase est fondamentale pour comprendre le travail de Michele. Et puisque c'est beau voire même magnifique, pourquoi devrais-je bouder mon plaisir et détourner le regard sous prétexte que ça ne correspond pas à l'esthétique qui m'est propre. Car je crois bien que entre Gucci et moi, il y a un fossé infranchissable. Je suis réaliste et sais très bien que je ne serais pas vraiment à mon avantage dans du Gucci. Peut-être une pièce ça et là mais je ne corresponds pas vraiment au cœur de cible pensé par le designer. C'est bien dommage car une fois, rien qu'une fois j'aimerais être un Garçon Gucci. Hélas, je crois bien ne pas être assez androgyne, imberbe et squelettique.






However, even if I am much into black, white, oversized shapes and the graphic side of a silhouette, I am never tired of looking, contemplating and writing about Gucci. And after all, you may be on a diet, you're still allowed to look at the patisserie window. Before the SS16 colection was presented a month ago, I had absolutely no doubts that I would love it. It's crazy how I changed my mind about Gucci in no time at all. But I am not the only one, many in the fashion industry have revised their expectations upwards feeling the huge potential of Alessandro Michele. He is writing a brand new history for Gucci while remaining incredibly faithful to its aesthetics (the essential 70s retro vibes), to its logo (you can find the double G on the bags, belts or printed on trench coats for instance), to its name (on the large leather tote bags) or to its basics (the green and red colours, the snaffle trim mocassins), the designer also adds his touch or beyond that, he embellishes all the collection with a bohemian/romantic spirit. Embellishing is here the perfect word to describe the incredible work on the garments: everything is embroidered, accessorized and enhanced by an impeccable styling. I love when a collection is romantic because romanticism is something speaking to my heart & soul. As the singer Emilie Simon says in one of her songs "I don't have to be romantic, I just have to be me" and that's why this collection is made for me. If I were a Gucci boy, I would wear all these japonaiseries like nobody else: the total looks embroidered from head to toe, the neo red tracksuit mixing the Royal Tennenbaums with Mrs Butterfly, the blue studded biker jacket (that we will see everywhere next year) or the graphic printed suits (very 70s wallpaper) embroidered with insects, flowers, birds or fruit: a real garden of Eden! The colorful pieces also make my heart beat quicker: red, emerald green, jade green or the orange of the trench coat or the one in blue denim tie and dye. I want to roll around in the silk and lace (even if I am not brave enough to wear the lace shirts) and want to wear the combo macramé jumper + macramé shorts would be perfect for holidays in a 70s Saint Tropez. I want (and I think Yann wants them too) all the pyjama looks, the long neo dressing gowns, the boots (simple but so so desirable), the sandals... The list could be even longer trust me.

Cependant, même si j'adore le noir, le blanc, les formes oversized et le côté graphique d'une silhouette, je ne me lasse pas de regarder, de contempler et d'écrire sur Gucci. Et puis après tout, comme on dit, ce n'est pas parce qu'on est au régime qu'on ne peut pas regarder la carte des desserts. Avant que la collection P/E2016 soit présentée à Milan il y a un mois, je n'avais aucun doute que j'allais aimer. C'est fou comme j'ai changé d'avis sur Gucci en un rien de temps. Je pense que ce n'est pas que moi et que beaucoup dans le monde de la mode ont revu leurs attentes à la hausse sentant le potentiel énorme qui émanait d'Alessandro Michele. Avec lui, c'est une toute nouvelle histoire qui s'écrit pour Gucci tout en restant extrêmement fidèle à l'esthétique de la marque (le côté rétro 70s de Gucci c'est sa pierre angulaire), à son logo (le double G se retrouve sur les sacs, les ceintures et en imprimés sur des trench-coats par exemple ), à son nom (les tote bags en cuir siglés GUCCI) & à ses "basiques" (le vert & le rouge ou bien les mocassins à mors), Michele rajoute une touche et même plus que ça, il embellit toute sa collection d'un esprit romantique et bohème. Embellir c'est ici le mot car on a affaire à une collection de pièces brodées, accessoirisées et sublimées par un styling impeccable. Moi j'aime quand une collection est romantique parce que le romantisme ça me parle. Comme dirait Emilie Simon dans une de ses chansons "I don't have to be romantic, I just have to be me" (Je n'ai pas besoin d'être romantique, il me faut juste être moi-même), c'est pourquoi voilà une raison de plus pour laquelle cette collection est faite pour moi. Je porterais toutes ces japonaiseries comme personne si j'étais un Garçon Gucci: les total looks brodés des pieds à la tête, le néo-survêtement rouge croisement entre la Famille Tennenbaum et Madame Butterfly, la biker jacket bleue cloutée (que l'on verra partout l'année prochaine j'en suis sûr) ou bien encore les costumes imprimés graphiques très papier peint des années 70 brodés d'insectes, d'oiseaux, de serpents ou de végétaux; un vrai jardin d'Eden! Les pièces plus colorées me font également battre le cœur plus rapidement: le rouge, le vert émeraude, le vert jade, le orange du trench-coat ou bien celui en tie and dye bleu denim. Je veux aussi me rouler dans la soie, la dentelle (même si pour les chemises en dentelle je ne suis pas assez téméraire) et le look short + pull en macramé brodé d'un large papillon et d'une ancre serait parfait pour une villégiature dans le St Tropez des années 70. Je veux (et Yann aussi je pense) les pyjama looks, les longues néo-robes de chambre, les boots (simples mais terriblement désirables), les sandales...etc La liste serait encore longue si je devais continuer. 







Backstage Pictures by Virginia Arcaro for Dazed
This Spring Summer 2016 Gucci collection is magnificent because it speaks to the hidden part inside me wishing to be somebody else. It may be the first time that I am feeling this in front of a menswear fashion show. I can feel this way watching a movie, a TV show or reading a book. But when it came to menswear, I was more into spotting what I could wear/buy. Since this "newgen Gucci", Men's Fashion has had a brand new meaning and now, everything seems possible & feasible. Trimmings, flowers and ascots everywhere, a girl closing a menswear fashion show, this is the New Normal. So, see you in two months for my next article about Gucci after the Spring Summer 2016 womenswear collection. Two long months before I could satisfy this refreshing obsession again.

Cette collection Printemps Été 2016 est magnifique en tout point car elle parle à cette part enfouie en moi qui rêverait d'être quelqu'un d'autre. Je crois que c'est la première fois que je ressens ça en regardant de la mode masculine. Il m'arrive d'éprouver ce sentiment en regardant un film, une série ou en lisant un livre mais quand il s'agissait de mode, jusqu'à lors, je prêtais plus attention à ce que j'allais pouvoir porter ou adapter. La mode hommes a pris un tout nouveau sens pour moi depuis ce Gucci nouveau et maintenant tout me semble possible et faisable. Des fanfreluches, des fleurs à gogo, des cols Lavallière comme s'il en pleuvait, une fille qui ferme une collection Hommes, tout ça c'est le Nouveau Normal. Alors rendez-vous dans deux mois pour le prochain article sur Gucci après la collection Femmes Printemps Été 2016. Deux longs mois à attendre pour une nouvelle fois assouvir cette rafraîchissante obsession.


Words by Charles Margueritte





23/07/2015

LINKS A LA MODE: THE WEEKLY ROUNDUP [07/23]



Links à la Mode, July 23

21/07/2015

ONE DAY I'LL FLY AWAY









ACNE STUDIOS Denim Jacket
JUUN J X ROB RYAN Tee-Shirt
CHEAP MONDAY Jeans
JEREMY SCOTT X SWATCH Watch
SPITFIRE Sunglasses
PIERRE HARDY Sneakers



20/07/2015

FLANEURS & PUNKS

The Comme des Garçons collections always have a strong impact on me. It's hard to really say what you love or hate right after one of Rei Kawakubo's collection is presented. However, love or hate is not part of my initial reactions after her collections. I'm often dazed, confused, deranged and at the same time obsessed with what she creates. She doesn't have one definition of beauty, but she does express her philosophy throughout her collections. What comes first is her deconstructionist ethos which is just the surface of things. Her clothes have so much uniqueness that they go beyond one definition of beauty or one creative process. Doing something that has never been done is probably one important motto for her and it keeps on coming collection after collection. 

Les collections Comme des Garçons me font toujours un très grand effet. Après chacune des présentations de Rei Kawakubo, il m'est difficile de dire ce que j'ai aimé ou pas. D'un autre côté, je ne suis pas certain que l'amour ou la haine soient des sentiments que j'éprouve après avoir vu ses collections. Je suis souvent troublé, abasourdi, dérangé mais en même temps complètement obsédé par ce qu'elle arrive à créer. Rei Kawakubo n'a pas une seule définition de ce qu'est la beauté mais elle exprime plutôt sa vision de celle-ci tout au long de ses collections. D'abord, on remarque sa philosophie déconstructionniste qui repose à la surface de ses créations. Ses vêtements sont tellement uniques qu'ils vont bien au delà d'une seule définition de la beauté ou d'un seul processus créatif. Pour elle, le plus important c'est de faire quelque chose qui n'a jamais été fait et de continuer à faire ainsi collection après collection.

When writing this article, I was thinking of the chaotic or broken tailoring of the Spring/Summer 2016 Comme des Garçons Homme Plus collection but also of this belief in Japan saying that when something has been damaged and mended, it becomes even more beautiful. This philosophy reminds me of the concept of her Dover Street Markets. I think beautiful-chaos can be Kawakubo's definition of beauty and this philosophy can be read on every silhouette of her S/S16 Homme Plus collection. It is an army of punk-flâneurs who certainly believe in the "live free and die strong" spirit. Originally, the term Flâneur was used by Baudelaire to portray an artist who is independent, passionate and altruistic. This archetype of a modern man goes hand in hand with the characters depicted by Rei Kawakubo. The models are all wearing a yellow twisted headdress matching the color of their hair or a Gavroche-like hat. They have opted for a suit with trousers or shorts that are oversized, almost looking like skirts. The clothes are broken, mended and embellished with press studs on the vests, the trench coats, the jackets and the shirts. There are holes, cut-outs and carvings on the pieces as if they had endured some surgical dissections. There are odd, unusual gaps on the back, on the sides and on the sleeves of the jackets or slits on the trousers. There are patchworks of fabrics reminding me of the Boro technique (the Japanese art of mixing fabrics ) cherished by Junya Watanabe. The silhouettes are built on this idea of blending textures, fabrics and proportions. For instance, a Gainsborough like painting of the English country-life printed on a suit is matching a press studded vest and its checked shirt. Only Kawakubo can bring up a lot of beauty and express a wardrobe with so much power and freedom. Once again, she proves that beauty is the result of uncommon craftsmanship & unexpected perfection, and points out the value of things. Now, I understand why she believes that there's no definition of beauty. There are simply no rules. If one is able to create with this belief it means that one is free to create without any limits.

En écrivant cet article, je pensais aux vêtements "chaotiques" ou déconstruits de la collection Printemps Eté 2016 de Comme des Garçons Homme Plus mais également à cette croyance japonaise disant que quand un objet est cassé puis réparé, il devient encore plus beau. Cette philosophie me rappelle précisément le concept des Dover Street Markets. Un beau chaos pourrait être la définition de la beauté de Rei Kawakubo et cette philosophie se lit dans chacune des silhouettes de la dernière collection P/E2016. Ici, on a affaire à une armée de punk/flâneurs qui doivent certainement avoir à coeur de "live free and die strong" . A l'origine, le terme de flâneur était utilisé par Baudelaire pour décrire un artiste indépendant, passionné et altruiste. Cet archétype de l'homme moderne va de paire avec les personnages que Rei Kawakubo décrit dans sa collection. Les mannequins portent tous des coiffes jaunes entortillées qui allaient avec la couleur de leurs cheveux ou bien des chapeaux de Gavroche. Ils ont le choix de porter des costumes pantalons ou shorts, oversized, ressemblant presque à des jupes. Les vêtements sont abîmés puis réparés et embellis par des boutons pression sur les vestes sans manches, les trench coats, les vestes et les chemises. Il y a des trous et des découpes sur les vêtements comme s'ils avaient subi quelque intervention chirurgicale. Il y également des trous étranges et inhabituels dans le dos, sur les côtés & sur les manches des vestes et des fentes sur les pantalons.  On peut voir aussi des patchworks qui me rappellent la technique japonaise du Boro (l'art de mixer les tissus), technique chérie par Junya Watanabe. de toute manière, toutes les silhouettes sont construites sur cette idée de mélanger les textures, les matières et les proportions. Ainsi, un costume imprimé d'un paysage da la campagne anglaise (ressemblant à du Gainsborough) est associé à une veste sans manches ornée de boutons en métal et à une chemise, toutes les deux à carreaux. Il n'y a que Kawakubo pour mettre autant de beauté dans ses vêtements et pour exprimer autant de pouvoir et de liberté. Encore une fois, elle nous prouve que la beauté est le résultat d'un artisanat hors du commun et d'une perfection inattendue. Maintenant, je comprends pourquoi elle croit qu'il n'y a pas qu'une seule définition pour qualifier la beauté. En fait, il n'y a simplement pas de règles. Si l'on peut créer en prenant en considération la philosophie Comme des Garçons, on peut créer sans aucune limite.












Pics by Ilkyer Akyor via Dazed Digital


Words by Yann Sackville West





19/07/2015

W.A.R.M. TOP 10

1/ The Ad Campaign: Alexander Wang AW15 by Steven Klein




2/ The Collab: J.W.Anderson X Coca Cola Light



3/ The Magazine Cover: Anna Ewers by Inez & Vinoodh for Vogue Paris





4/ The Song: Lana Del Rey - Honeymoon



5/ The StreetLook: Sang Woo Kim in J.W.Anderson at NYFWM



Pic by Tommy Tom for Style.com

6/ The Fashion Film: Miu Miu - Subjective Reality by Steven Meisel



7/ The Model: Francisco Lachowsky by Pantelis for Rollacoaster Magazine





8/ The Unexpected News: Sam Smith for Balenciaga AW15



9/ The Editorial: by Emma Summerton for W Magazine




10/ The Cause: Save the Arctic




Made by Charles Margueritte