01/04/2017

BEAUTY LIES EVERYWHERE


Being invited to a runway show is such an exciting experience! Trust us you simply cannot be indifferent in these moments, it's impossible because you are about to watch the result of months of hard work, of reflections, of tears, sweat & blood. Being blasé would mean not being able to consider and recognize the work of a designer & his/her team. Of course, the collection could be bad and you could be angry with it but please don't be blasé. This may be the feelings of two fashion lovers that haven't been invited to a huge number of shows but in our opinion, looking at fashion in a contemptuous way and attending such events just to be seen & commented on social network is sad.

Etre invité à un défilé de mode est une expérience particulièrement excitante! Croyez-nous, on ne peut pas rester indifférent dans de tels moments, c'est impossible pour la simple et bonne raison que l'on est là pour voir le résultat de mois de travail acharné, de réflexions, de larmes, de sueur & de sang. Etre blasé reviendrait à être dans l'incapacité de considérer et de reconnaître le travail du/de la designer & de son équipe. Bien sûr, la collection pourrait être mauvaise et vous auriez le droit d'être en colère mais s'il vous plait ne soyez pas blasé. Ce n'est que le ressenti de deux amoureux de la mode qui n'ont pas été invités à beaucoup de shows mais selon nous, avoir du mépris pour la mode ou assister à un défilé juste pour être vu(e) et posté(e) sur les réseaux sociaux c'est simplement triste.


The last time we had the chance to be invited at a fashion show was a few weeks ago in the right middle of Paris Fashion Week Autumn Winter 2017/18, for the presentation of AFTERHOMEWORK [Paris] new collection. This label created by Pierre Kaczmarek a talented young man (to say the least) is truly & deeply dear to our hearts because it was the very first one to invite us two years ago. Ever since, we have seen it grow to become the label everybody's talking about; it has not broken the internet yet but we're sure it's only a question of months. We can remember this 1st collection presented in a gallery rue Saint Maur, the energy, the crowd, the music, Kenzo Takada's presence, something was undoubtedly happening. Three collections later the energy is intact, the crowd has been multiplied by ten, music is still as cool & punchy and we may not have spotted Mr Takada but we did see some very influential journalists & bloggers. Something has changed. Everything has changed in a way but Pierre Kaczmarek's will to shake up the Fashionsphere is more significant and mature than ever!

Il y a quelques semaines, au beau milieu de la Fashion Week de Paris pour l'Automne Hiver 2017/18, nous avons eu la chance d'être invités au défilé d'AFTERHOMEWORK [Paris], un label qui nous tient particulièrement à cœur car son créateur, le jeune et super talentueux (c'est le moins que l'on puisse dire) Pierre Kaczmarek a été le premier à nous inviter à un défilé, il y a de ça deux ans maintenant. Dès lors, nous l'avons vu grandir, s'épanouir pour devenir la marque dont tout le monde parle; elle n'a peut-être pas encore "casser internet" mais ce n'est sûrement qu'une question de mois. On se souvient encore de la première collection présentée dans une galerie rue Saint Maur, de l'énergie, de la foule, de la musique, de la présence de Kenzo Takada, quelque chose était en train de se passer. Trois collections plus tard l'énergie est intacte, la foule a été décuplée, la musique toujours aussi cool & punchy et on n'a peut-être pas vu Mr Takada mais on a, à la place, repéré de nombreux journalistes & blogueurs d'influence. Quelque chose a changé. Tout a changé d'une certaine manière mais la détermination de Pierre Kaczmarek à bousculer la Fashionsphère est plus affirmée et mature que jamais!












This AW 17 collection took place in a kind of abandoned club in some popular area of Paris and featured a wardrobe full of drama, with viral & unexpected details. To be honest, when the first models entered the room with their "I don't give a f***ing F***" it's as if we received a big slap on the face yet weirdly enough it was a refreshing one, a good one, it was so swift, so furtive but at the same time it was so cool, so vibrant, so radical, so filled with creativity. It was like a flash of surreal silhouettes, ghosts coming and going in front of us. It was also and above all a great patchwork of inspirations where nothing felt odd and where Elena Mottola's styling was doing wonders; a thoughtful mix of low & profane fabrics (K-way nylon) paired with more conventional textures (wool, cashmere...) to create new uniforms. Hybrid tailoring, "splicing real estate salesman's shirts in the most pale blue and pink paired with gray flannel, or trousers and jackets studded with cache of oversized anti-theft device just for the fun of it" as we could read in the Press release. For this collection Pierre and his team also resorted to French leather artisan Jeremy Kastelani, to create the VVN bag inspired by infamous French rapper Jul's hand sign or, to French artist Camille Pogu for the stained t-shirts made of hand-dipped resin.

La présentation de cette collection Automne Hiver s'est tenue dans une sorte de grand club abandonné, dans un quartier populaire de Paris. Une collection faite de drama et pleine de détails inattendus qui nous ont laissés sur le cul. Pour être tout à fait honnête, lorsque les premiers mannequins ont fait leur entrée avec une attitude qui hurlait "On s'en balek", on s'est pris une grosse claque dans la figure mais bizarrement c'était une bonne grosse tarte rafraîchissante; tout allait trop vite, tout était furtif mais en même temps, c'était tellement cool, tellement vibrant, tellement radical, tellement créatif. Comme un éclair de silhouettes irréelles, des fantômes allant et venant devant nous. Cette collection est aussi et avant tout un génial patchwork d'inspirations où tout semble exactement à sa place et où le styling d'Elena Mottola fait des merveilles; tout y est réfléchi, un savant mélange de matières profanes voire "cheap" (le nylon ds K-way par exemple) avec d'autres plus conventionnelles, plus qualitatives (la laine, le cachemire...) pour créer au final de nouveaux uniformes. Un tailoring hybride où l'on retrouve ça et là des bouts de chemises type agent immobilier dans des couleurs pastel ou un total look pantalon + veste ornés d'antivols géants. Pour cette collection, Pierre et son équipe ont également fait appel au talent et au savoir-faire de l'artisan du cuir Jeremy Kastelani (pour le sac VVN inspiré par le signe de la main du rappeur Jul) ou de l'artiste Camille Pogu, pour des tee-shirts enduits de résine.










:-

Pictures by Lucille Delbarre


Pierre Kaczmarek loves to explore the bizarre riot of textures by watching how people in the streets are dressing, by pushing it and by giving it a new perspective. He is breaking the rules to come up with a new silhouette. There is a brutal mix n' match to deliver garments with a hybrid vibe. We used above the word "surreal", but actually Pierre is talking about an "absurd tailoring" associated with ordinary objects to eventually obtain uniqueness & beauty. These concepts can be found in the most trivial things in life or in the streets. For instance, a pigeon crashed by a car on the pavement was the origin of a fabric. Pierre also loves "flamboyant ruching or ruffles" or this idea of "knotted, wadded, bunched up clothes", or "the way students fall asleep in the pleats of their sleeves during a philosophy lecture, the way pants fall over shoes, or the way [his] clothes look when [he] come[s] home and throw[s] them in a pile on the floor at the end of the day" [according to the designer's own words in the press release]. Pierre has a really stronge point of view for just a eighteen year old designer, a sharpest definition of beauty one cannot ignore. With him, age is definitely nothing but a number !

Pierre Kaczmarek aime explorer les clash étranges de textures en regardant comment s'habillent les gens qu'il voit dans la rue. Mais il ne fait pas que les regarder, il décortique ces tenues, il les pousse à l’extrême et leurs donne une nouvelle perspective. Il casse les codes pour faire naître une nouvelle silhouette. Ce mix n' match peut sembler brutal mais il est fait avec les tripes. Un peu plus haut nous avons utilisé le terme "irréel" pour définir ses silhouettes mais en fait, Pierre affectionne plutôt une sorte de "tailoring absurde" qui redéfinit les objets du quotidien et par la même, notre idée de la beauté et du caractère unique de toute chose. Ces concepts on peut les trouver n'importe où, dans la rue ou dans les choses les plus triviales. Ainsi, un pigeon écrasé sur la route devient l'inspiration pour un nouveau tissu. Tout peut devenir matière à création; "les vêtements noués ou en boule", "la façon qu'ont les étudiants de s'endormir dans les plis de leurs manches lors d'un cours de philo, comment un pantalon tombe sur des chaussures ou bien encore à quoi ressemble des vêtements lorsqu'ils ne forment plus qu'un tas informe à même le sol" [selon les propres mots du designer dans le dossier de presse]. Pierre a vraiment un point de vue radical et fort pour un designer de 18 ans et une définition très pointue de la beauté qu'on ne peut ignorer. Avec lui, l'âge n'attend définitivement pas le nombre des années!

                   
                Words by Yann Sackville-West & Charles Margueritte




A huge thanks to Pierre Kaczmarek, Elena Mottola the AFTERHOMEWORK[Paris] Team 
and to PR Stéphanie Veuriot from AUTREMENT PR



If you want to learn more about AFTERHOMEWORK [Paris] & Pierre Kaczmarek, you may also watch this extract of La Mode, La Mode, La Mode, a famous French TV show about Fashion, Fashion, Fashion




Follow W.A.R.M. on Instagram

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire